Pourquoi les systèmes de crédit social de la Chine sont étonnamment populaires ?
Ils combleraient la « méfiance mutuelle entre les citoyens »

Le , par Stan Adkens

88PARTAGES

10  0 
La vie privée continue de perdre ce qui lui reste de sa valeur en Chine, toutefois, il semble que ce point de vue qui est lié aux systèmes de crédit social en test dans le pays depuis 2014, n’est valable qu’à l'extérieur de la Chine. Le constat dans l’empire du Milieu est que les Chinois ont déjà adopté toute une gamme de systèmes privés et gouvernementaux qui recueillent, regroupent et distribuent des enregistrements de comportements numériques et hors ligne, avait rapporté Bloomberg dans un article publié en janvier dernier. En effet, ce réseau de systèmes dits de crédit social, présenté dans de nombreux pays comme la censure de la confidentialité, est considéré en Chine comme un moyen de procurer au pays une denrée rare qui est la confiance entre les citoyens et entre les citoyens et les entreprises chinoises. Et pour ce faire, les citoyens acceptent le prix qui est d’être surveillés en permanence, selon Bloomberg.

Dans son article publié en début d’année, Bloomberg avait rapporté une série d’informations qui font croire que la vie privée n’est plus aussi privée en Chine. Selon Bloomberg, le système judiciaire d’une ville chinoise venait de lancer une carte basée sur un téléphone intelligent qui affiche l'emplacement et l'identité de toute personne se trouvant dans un rayon de 500 mètres et qui se trouve sur une liste noire de solvabilité du gouvernement. En effet, dans la province du Hebei, au nord de la Chine, il sera plus difficile pour les mauvais payeurs de s'enfuir, car le tribunal populaire supérieur de la ville a lancé en janvier un mini-programme sur WeChat qui les cible. Appelé « Deadbeat Map », le programme fournit une confirmation précise, la possibilité de partager cette information via les médias sociaux et - si cela est nécessaire - une fonction de reporting pour informer les autorités.


Cependant, ce programme, qui s’apparente à une prison pour les débiteurs du gouvernement chinois, fait partie d’un grand nombre de systèmes privés et publics que les Chinois ont déjà adopté. Selon l’article, les raisons de cette adoption seraient en partie liées à la « méfiance mutuelle entre les citoyens » dans le pays.

Les systèmes de crédit social comme palliatif au manque d’institutions qui favorisent la confiance entre citoyens et entreprises

Selon Bloomberg, la Chine aspire depuis à la construction d'une économie « basée sur la consommation ». Mais cet objectif exige que les consommateurs aient accès au crédit. Or, selon l’article, la croissance économique de la Chine a dépassé sa capacité de créer et de contrôler des institutions qui favorisent la confiance entre citoyens et entreprises, tout comme dans de nombreux pays en développement. C’est ainsi que le gouvernement chinois, qui considère depuis longtemps les questions de la confiance comme plus que des problèmes sociaux, a lancé, en 2014, une feuille de route pour l'établissement d'un « système de crédit social » avec des mécanismes pour « récompenser la loyauté et punir la méfiance », peut-on lire dans l’article de Bloomberg.

Les parents chinois continuent d’éviter l'industrie laitière du pays, 10 ans après qu’il ait été révélé que les producteurs de lait chinois s’étaient livrés à la falsification des préparations pour nourrissons. La méfiance demeure également presque universelle vis-à-vis du secteur de la production alimentaire et bien d’autres secteurs de production, dont Alibaba Group Holding Ltd, Tencent Holdings Ltd. et Pinduoduo Inc, qui sont connues comme des marchés florissants pour les contrefaçons. Cela mine la crédibilité du commerce électronique chinois en général ainsi que la confiance des citoyens.

La Chine connait également des systèmes d’escroqueries et de fraudes - y compris les escroqueries par fréquentation – qui ciblent des individus et des familles. Cela contribue à un climat général de méfiance, et pousse le citoyen chinois à accueillir favorablement tout système qui pourrait l’aider à tester la crédibilité des personnes qu’il fréquente.

Une multitude de systèmes de crédit social privés et gouvernementaux en Chine

Au moment où Bloombeg publiait son article en janvier, il existait plus de 40 systèmes de crédit social privés et gouvernementaux dans toute la Chine. Parmi les systèmes privés, nous avons Sesame Credit, une filiale d'Alibaba, qui recueille et agrège les données générées sur les services d'Alibaba, telles que l'historique de paiement d'un client et l'enregistrement du temps dispensé et de l'argent dépensé en ligne. Le système élabore ensuite un score qui est utilisé pour accorder un crédit et d'autres avantages aux utilisateurs.


Certains systèmes utilisés par le gouvernement se présentent sous forme d’une liste noire nationale des personnes qui n'ont pas, par exemple, respecté les jugements des tribunaux. Ceux qui sont concernés peuvent être privés de participer à toute une série d'activités, tels que séjourner dans des hôtels de luxe, inscrire leurs enfants dans des meilleures écoles, voyager par avion.

Selon les chiffres du rapport 2018 issus du centre chinois en charge de la gestion des informations du système de crédit social, la Chine a interdit à 17,5 millions d’individus d’acheter des billets d’avion et à près de 5,5 millions de faire l’acquisition d’un ticket de voyage en train. 128 personnes ont même reçu l’interdiction de quitter le territoire. Par ailleurs, en Chine, les personnes qui changent d'emploi trop souvent pourraient être sanctionnées par le système de crédit social.

Cependant, ces prisons numériques de débiteurs se sont révélées extrêmement populaires en Chine, selon une enquête menée en 2018. Sur les pus de 2 200 citoyens chinois auditionnés, 80 % d'entre eux avaient adhéré délibérément à un système de crédit social commercial (le crédit Sésame étant le service le plus populaire), bien que seulement 7 % savaient qu'ils avaient été intégrés à un système gouvernemental. Plus surprenant encore, 80 % des répondants approuvaient quelque peu ou fortement les systèmes de crédit social. Et le soutien le plus fort venait des citadins plus âgés, instruits et plus riches, alors que cette population est généralement associée à des valeurs plus « libérales » comme le caractère sacré la vie privée.

76 % des participants à l'enquête ont déclaré que la « méfiance mutuelle entre les citoyens » est un problème dans la société chinoise. Les systèmes de crédit social sont considérés comme un moyen de combler ce manque de confiance. En 2016, lorsque l'Administration nationale du tourisme a publié les noms des personnes interdites de voyage en avion, les nouvelles ont généré des milliers de « Likes » et de commentaires sur le site de médias sociaux Sina Weibo.

Il est possible que de nombreux citoyens n'aient pas réfléchi aux conséquences de leur décision de donner un accès total à leur vie privée au gouvernement. Sinon, quelle utilisation profitable pour quelque utilisateur que ce soit a un système tel que Deadbeat Map, à part pousser les débiteurs du gouvernement à se tenir à l’écart de la société (à plus de 500 mètres des autres, si cela possible) pour éviter d’être dénoncé aux autorités.

Selon Bloomberg, ceux qui soutiennent de tels systèmes sont ceux qui pensent qu’ils en tirent des avantages. Ces avantages accordés pourraient être un prêt, de la possibilité de louer une voiture ou de partager un vélo sans avoir à verser une caution, ou de la possibilité d'évaluer la solvabilité d'une personne rencontrée sur une application de rencontre, à son insu. Pour ces personnes, la vie privée peut être le prix d’une amélioration de la qualité de vie.

Si le gouvernement autoritaire chinois, avec lequel toutes les entreprises opérant en Chine sont obligées de collaborer, parvient à consolider ses divers systèmes en une technologie globale qui évalue les individus en fonction d'une foule de critères, certainement que ceux qui préfèrent les avantages à la confidentialité changeront de point de vue.

Source : Bloomberg

Et vous ?

Qu’en pensez-vous ?
Il existe plus de 40 systèmes de crédit social privés et gouvernementaux dans toute la Chine. Quel commentaire faites-vous de cela ?
Seriez-vous favorable à avoir le même système de surveillance dans votre pays ?

Lire aussi

La Chine interdit à 23 millions de personnes d'acheter des billets de voyage, dans le cadre de son système de crédit social
La « démocratie » de la Chine imposerait des applications obligatoires, une surveillance de masse par chat, afin de construire l'opinion publique
Les caméras de reconnaissance faciale : outils de sécurité ou d'espionnage de masse ? La Chine et d'autres pays adoptent de plus en plus ces outils
En Chine, vous serez bientôt en mesure de payer votre billet de métro avec votre visage, une initiative soutenue par l'IA et le réseau 5G
La Chine a maintenant bloqué toutes les éditions linguistiques de l'encyclopédie libre Wikipédia, après la version chinoise inaccessible depuis 2016

Une erreur dans cette actualité ? Signalez-le nous !

Avatar de marsupial
Membre expert https://www.developpez.com
Le 20/05/2019 à 18:25
Il s'agit d'une vision bien naïve de l'âme humaine face au pouvoir que de croire que la conscience résistera aux péchés capitaux.
L'enfer est pavé de bonnes intentions...
7  0 
Avatar de onilink_
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 21/05/2019 à 9:53
Citation Envoyé par ShigruM Voir le message
Parce que oui même Hitler et Staline n'ont pas osé aller aussi loin que les chinois.
C'est vrai qu'ils avaient accès aux mêmes technologies à cette époque

Citation Envoyé par ShigruM Voir le message
J’espère que Trump gagnera la 3ieme guerre mondial parce que si il y'a pire que les américains c'est bien les chinois.
C'est vrai que ce que faisait la NSA n'avait aucun rapport avec ce que font la chine. La chine au moins ils assument leurs actes, même si ça n'en reste pas moins liberticide.
7  1 
Avatar de micka132
Expert confirmé https://www.developpez.com
Le 21/05/2019 à 12:43
Citation Envoyé par Stan Adkens Voir le message
Pour ces personnes, la vie privée peut être le prix d’une amélioration de la qualité de vie.
Siri, Hey google, Cortana, Echo, en voila des outils qui "améliorent la vie" et qui font techniquement la même chose avec la vie privée.
Bien vendu le système dans son ensemble n'a aucune raison de faire plus peur aux gens d'ici qu'aux gens de là bas.
3  1 
Avatar de Ryu2000
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 21/05/2019 à 13:19
Citation Envoyé par micka132 Voir le message
Siri, Hey google, Cortana, Echo, en voila des outils qui "améliorent la vie" et qui font techniquement la même chose avec la vie privée.
La différence c'est qu'en Chine ça te supprimes des droits (comme le droit de prendre le train par exemple), après tes voisins peuvent savoir que t'es un mauvais citoyen, tu peux te retrouver isolé de la société (encore pire qu'un gars au RSA).
Alors que si les sociétés US nous surveillent c'est pour nous vendre des produits.
2  0 
Avatar de Neckara
Expert éminent sénior https://www.developpez.com
Le 20/05/2019 à 17:25
Le pire, c'est tous les gamers qui sortent enfin de leur chambre pour farmer les points sociaux.
1  0 
Avatar de Mingolito
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 20/05/2019 à 22:02
Citation Envoyé par ShigruM Voir le message
En vérité je vous le dit, ce système est bien pire encore qu'un régime hitlériens


1  0 
Avatar de kirby_blue
Membre du Club https://www.developpez.com
Le 21/05/2019 à 10:41
selon une enquête menée en 2018. Sur les pus de 2 200 citoyens chinois auditionnés, 80 % d'entre eux avaient adhéré délibérément à un système de crédit social commercial
Enquête menée par qui ? Quelle représentativité a l'échantillon ?

Selon Bloomberg, ceux qui soutiennent de tels systèmes sont ceux qui pensent qu’ils en tirent des avantages
Tiens c'est marrant, ça me rappelle un autre système. Mais si voyons ! Celui qui promet à chacun de pouvoir s'enrichir librement.

la Chine a interdit à 17,5 millions d’individus d’acheter des billets d’avion
Sachant qu'elle compte un peu plus de 10 millions de Ouïghours et un peu moins de 3 millions de Tibétains, ça fait environ 4,5 millions de "citoyens" qui traversent au rouge
1  0 
Avatar de ShigruM
Nouveau Candidat au Club https://www.developpez.com
Le 21/05/2019 à 17:39
Citation Envoyé par sebbod Voir le message
Plus sérieusement, bien sur que non car ce système est anti-liberté.
Je ne supporte déjà pas les feu tricolor qui me dicte ma façon de conduire alors que parfois genre à 2 heures du matin dans une ville de campagne où y'a même pas un chat sur la route tu es obligé de t'arrêter arbitrairement car une lumière rouge te l'impose.

Vive les ronds points !
Vive la liberté !
ou des feu intelligent qui change de couleurs en fonction du traffic et plus par un timer.
mais la nuit dans les zones a faible traffic tu as aussi des feux qui reste en orange tous le temps. Tu peut en parler avec ton maire.

c'est comme l'éclairage publique dans les zones peu peuplé qui devrait éclairer uniquement quand y'a un humain qui passe et pas 12h/24

le probleme c'est pas les feux ou les lampadaires c'est lkeurs mauvaise utilisation
2  1 
Avatar de Ryu2000
Membre extrêmement actif https://www.developpez.com
Le 21/05/2019 à 8:37
Citation Envoyé par Stan Adkens Voir le message
Seriez-vous favorable à avoir le même système de surveillance dans votre pays ?
Non car ce n'est pas parce que ça fonctionne en Chine que ça fonctionnerait ailleurs.
La civilisation chinoise n'a rien à voir avec la civilisation française, les peuples sont différents, les philosophies sont différentes, les cultures sont différentes.
0  0 
Avatar de abriotde
Membre expérimenté https://www.developpez.com
Le 21/05/2019 à 13:55
Seriez-vous favorable à avoir le même système de surveillance dans votre pays ?
On l'a déjà, il est juste moins poussé en France... pour le moment...
En France on a toujours eu 30 ans de retard sur les USA (en bien comme en mal), maintenant que la Chine à 10 ans d'avance sur les USA, on a plus que 20 ans de retard sur les USA...
1  1 
Contacter le responsable de la rubrique Big Data

Partenaire : Hébergement Web